Les Dolomites pour réveiller l’explorateur qui sommeille en nous2018-08-24T11:07:34+00:00

A Val San Nicolo, Alan MARCHAL

Si la réputation de ses domaines skiables (Tre Cime, Val Gardena, Alta Badia…) n’est plus à démontrer, les Dolomites valent aussi le détour en été, lorsque le soleil sublime ses ruisseaux, transcende ses prairies et dévoile les sommets alentours. Idyllique, la région, située principalement dans les Alpes italiennes, se transforme alors en un énorme terrain de jeu pour les explorateurs et les sportifs de tout niveau.

Du col Sella, qui culmine à 2.244 mètres d’altitude, au refuge Torquato Taramelli en passant par le célèbre Stelvio (2.758 mètres), l’aventure, tout comme la nature, sont à portée de main.

Randonnée – Malga Monzoni et Rifugio Taramelli

A l’aube, à l’heure où le soleil éclaire les « montagnes pâles » d’une lumière orangée, ils sont déjà une trentaine de randonneurs à se lancer à l’assaut du refuge Torquato Taramelli.

Bottines au pied et bâton de marche à la main, ils sont des centaines, chaque jour, à avaler la dizaine de kilomètres qui sépare le village de Pozza di Fassa du petit refuge situé à 2.040 mètres d’altitude.

Au total, 500 mètres de dénivelé positif fait de routes et de sentiers parfois escarpés. Avec, au sommet, un superbe panorama sur l’ensemble de la vallée. Récompense suprême d’une marche intensive qui dure entre une heure et une heure et demie.

Alpinisme – Val San Nicolo

D’une verticalité parfois oppressante, les nombreuses parois stratifiées de roche claire qui font la particularité des Dolomites constituent le terrain de jeu rêvé des alpinistes du monde entier.

Très basiques à certains endroits, les spots du Val di Fassa (dont fait partie Val San Nicolo), avec leurs voies peu ou pas équipées, symbolisent finalement assez bien la région, entre aventure et dépassement de soi. Histoire de rappeler à chacun qu’il faut rester modeste face à la nature.

Via ferrata – Col Ombert

Et pour ceux qui ne se sentent pas encore l’âme d’un alpiniste, une solution : la via ferrata.

Grâce à des échelles, des rampes et des câbles déjà aménagés dans les parois rocheuses, chacun peut ainsi avancer, à son rythme et en toute sécurité. A l’image de ce qui se fait sur le col Ombert.

Cyclisme – Stelvio

Sa simple évocation fait rêver tous les amateurs de cyclisme. Avec ses 2.758 mètres d’altitude et ses 7,4% de déclivité, le Stelvio, qui n’est autre que le plus haut col routier de toutes les Alpes italiennes, marque autant les esprits qu’il ne marque les jambes. La forêt d’une part et les glaciers de l’autre. Mythique.

Trail – Tre Cime

S’il est également possible pour les débutants de s’y offrir un « petit » trail aux alentours de la rivière Canali (6 km avec un dénivelé positif abordable) par exemple, la région des Dolomites, bien connue pour abriter le célèbre Lavaredo Ultra Trail, récompense toujours les coureurs les plus audacieux. Et ce ne sont pas ceux qui ont approché les Tre Cime au pas de course, à partir du refuge Auronzo, qui vous diront le contraire…

C’est que les Tre Cime, des ailerons de requin géants taillés dans la roche et qui culminent à près de 3.000 mètres d’altitude, constituent peut-être le plus beau paysage de la région. Une certitude même pour ceux qui ont l’opportunité de sortir un peu plus encore des sentiers battus.

Parapente – Col Sella

2.240 mètres d’altitude. Un accès très facile, en voiture ou en téléphérique. Une vue incroyable sur la plaine. Et un spot parfait pour s’envoler. C’est là, tout en haut du col Sella, que l’on décolle en parapente pour en prendre plein les yeux, une dernière fois avant de retrouver le plancher des vaches.