1971-2021 : Louvain-la-Neuve
50 ans d’un empire universitaire

 

La morphologie de Louvain-la-Neuve s’inspire de l’étude faite par les architectes de l’expérience positive des villes médiévales. Entamée à partir du point le plus haut du site, la construction de Louvain-la-Neuve s’est déroulée dans le sens de la pente générale. Découvrez, avec notre carte narrative, en quelle année et dans quel ordre se sont érigés ces nombreux quartiers. Utilisez les flèches  pour découvrir l’évolution

Le quartier du Biéreau

Il est le premier des quatre quartiers autour desquels s’articulera le centre urbain à voir le jour, dès 1973. Les premiers kots étudiants sont construits dans le quartier du Biéreau quelques mois après la première rentrée d'octobre 72. Les premiers auditoires, les auditoires Sainte-Barbe qui accueillent la faculté des sciences, sont construits le long de l’avenue Georges Lemaître et autour de la place Croix du Sud. C’est entre ce quartier et le centre-ville que verront le jour la place des Sciences et la place des Wallons.

Le quartier de l’Hocaille

Les premières habitations sortent de terre dans le quartier de l’Hocaille entre 1975 et 1978. Le centre sportif et la piscine y ont été construits un peu plus tôt, en 1973.

Le quartier des Bruyères

Alors qu’en 1977, les auditoires Agora et la Grand-Place sont construits au cœur de la ville, c’est vers la fin de l’année 1978 qu’apparaissent les premières habitations dans le quartier des Bruyères. A la limite de ce quartier, on retrouvera l’auditoire Montesquieu et le Collège Thomas Moore, portés par la dalle qui couvre la petite vallée de la Malaise. C’est dans ce quartier des Bruyères que s’installera le CESEC et le cercle de droit.

Le lac sort de terre

Le lac de Louvain-la-Neuve sort de terre en 1985. Situé en contre-bas du centre-ville, il s'étend sur 7 hectares (85.000 m³). Il récolte toutes les eaux pluviales et sert de bassin d'orage (sa profondeur moyenne est de 1,2 m ) afin d'éviter les inondations dans le bas de la ville et dans la vallée. « Il est construit par esthétique, pour être en conformité avec ce qui se fait dans les grandes universités anglaises, à Cambridge et Oxford», explique Françoise Hiraux, du département des Archives de Louvain-la-Neuve. En 2009-2010, l’UCLouvain l’a mis à sec de façon prolongée pour l’assainir et rénover ses berges. En 2013, le pourtour de 1.570 mètres a été entièrement refait, avec un nouveau chemin de promenade, des aires de repos et une piste finlandaise pour les coureurs. Une nouvelle mise en assec a été faite au printemps 2019.

Le quartier de l’Hocaille s’étendra, lui, entre 1982 et 1990 dans le bas du Blocry faisant la jonction avec le cœur de la cité universitaire.

Le quartier de Lauzelle

Anciennement composé de terrains vague, de chemins creux et de quelques fermes, le quartier de Lauzelle, essentiellement résidentiel, marque, à la fin des années 80, un second souffle dans la construction et le développement de l’habitat individuel. On y trouve aussi des logements sociaux, des écoles et une maison de repos.

Le quartier de la baraque

Le quartier de la Baraque s’étend dans les années 90. Comme on peut le lire sur le site de l’office du tourisme de la ville, La Baraque s’étendait, avant la construction de Louvain-la-Neuve, sur les deux communes d’Ottignies et de Corroy-le-Grand et est aujourd’hui le nom d’un sous-quartier du Biéreau. Les habitats, présents bien avant l’arrivée de la cité universitaire et y sont restés. Ce quartier « à part » regroupe plusieurs ensembles d’habitat alternatif résultant d’expérimentations architecturales : roulottes, bulles, maisons de chaume...

Le quartier des Bruyères se développe

Le quartier des Bruyères s’est encore étendu au-dessus du lac dans les années 90 et dans les années 2000. Il s’agit d’une zone essentiellement résidentielle.

2005 : Inauguration de L’esplanade et de la rue Charlemagne au cœur de la Ville

Outre le complexe commercial L’esplanade, le projet comprend aussi la rue commerçante Charlemagne, le complexe cinéma sur la Grand-Place et du logement en face du parc de la Source. Ouvert en 2005, L’esplanade marque un tournant dans la vie de Louvain-la-Neuve qui passe de campus à une réelle ville universitaire. Il est honni par certains qui estiment que la ville a pris un virage vers la consommation de masse, il est chéri par d’autres et pas uniquement les aficionados du shopping. Car L’esplanade a boosté Louvain-la-Neuve qui peinait à achever la dalle vu les coûts financiers qu’elle nécessite.

Le musée Hergé

Le musée Hergé s’installe en 2009 à la frontière du quartier de l’Hocaille et du quartier de Lauzelle.

2014 Le Park and ride et le quartier Courbevoie

Prévu dans le cadre de l’arrivée du RER, le park and ride de Louvain-la-Neuve est opérationnel depuis 2017. Ce parking, prochainement relié directement à l’autoroute E411 et aux quais de la gare, est le plus grand du Bénélux, offrant 3 285 places: 2 338 pour les usagers du rail, et 937 pour l’UCL et les habitants de la ville. Il s’agit, pour la SNCB Holding, d’un investissement de 35 millions d’euros. Ce parking construit sur un terrain que l’UCL a cédé à la SNCB s'étend sur cinq niveaux, et la dalle en surface accueillera prochainement un nouveau quartier : Courbevoie, contigu au quartier de La Baraque. Il abritera 450 appartements et 8 500 m2 de bureaux.

L'Agora resort

En 2015, entre le lac et le centre-ville voit également le jour l’Agora Resort, un nouveau complexe résidentiel et hôtelier.

Le centre sportif de haut niveau

Si le début des travaux du centre de formation pour sportifs de haut niveau était initialement prévu pour l'été 2016 et devait se clôturer en automne 2017, les travaux ont pris beaucoup de retard suite à des années de palabres politiques. L'inauguration officielle n'a finalement eu lieu qu'en mai 2019. Louvain-la-Neuve a désormais les atouts pour séduire le monde sportif au niveau international.

Le China Belgium Technology Center (CBTC)

Immense projet lancé en juin 2016, le China Belgium Technology Center (CBTC) de Louvain-la-Neuve est toujours en cours de construction. Cet investissement de 200 millions d'euros permettra, à terme, d'accueillir 200 entreprises belges et chinoises, ainsi que 1600 emplois dans le Parc Scientifique. Des commerces et restaurants ouvriront mais probablement fin 2021. Un hôtel de 170 devrait accueillir ses premiers clients en décembre 2022. Adossé à l’hôtel, un centre de conférences sera également aménagé.

Le parc scientifique

Situé à un kilomètre du centre-ville et du campus universitaire, le Parc scientifique de Louvain-la-Neuve s’étend sur 231 hectares répartis sur le territoire d'Ottignies-Louvain-la-Neuve et sur celui de Mont-Saint-Guibert. Aussi appelé le « Louvain-la-Neuve Science Park », il accueille plus de 270 entreprises et 6.430 emplois. Il s’agit du premier parc scientifique de Wallonie, le plus étendu, et le plus actif. Les secteurs les plus représentés sont les sciences du vivant, l’engineering, la chimie fine, les technologies de l’information et de la communication, et les technologies vertes.

La construction d’un empire universitaire

Michel Lepaige (architecte): « La dalle pourrait encore se développer sur 4 à 5 hectares »

Après 35 ans au service de l’université, l’architecte Michel Lepaige est aujourd’hui la mémoire de la construction de la dalle.

Architecte de formation, Michel Lepaige a été engagé par Jean-Marie Lechat, le directeur de l’administration des domaines, en 1984. Il a travaillé durant plus de trente ans au développement du centre urbain de Louvain-la-Neuve.

Aujourd’hui chargé de missions à l’Administration du patrimoine immobilier et des infrastructures (ADPI), à quelques encablures de la fin de sa carrière, il prend soin, à la demande de sa hiérarchie, de consigner ses souvenirs et sa connaissance de la dalle dans un mémoire à l’attention des futurs architectes. Des connaissances précieuses, qu’on ne voudrait pas voir se perdre.

Il est donc un témoin privilégié pour jauger l’évolution de cette cité et répondre à la question de savoir si le développement de la Ville se fait dans la continuité avec les valeurs novatrices qui ont présidé à sa construction (mobilité douce, piétonnier dans le centre, développement durable…) «Ni oui, ni non, répond Michel Lepaige. Les concepts de base restent inspirants, mais il y a eu des adaptations nécessaires au fil des ans. Quand on voit le quartier du Biéreau, premier quartier construit, c’est très différent de conception de ce qu’on a fait aux Bruyères où les rues sont même trop larges à notre goût. Et ce qu’on fait aujourd’hui est encore très différent.»

Le nouveau quartier en cours d’émergence, Athena/Lauzelle sur lequel travaille notamment Michel Lepaige sera, à ce titre, un quartier très particulier: «L’intérieur du quartier ne prévoit pas la circulation des voitures et la plupart des maisons seront construites sans garage. On essaie d’y intégrer tous les concepts de la création urbaine d’aujourd’hui, et on veut densifier la population, grâce notamment à des immeubles de six étages, parce que le terrain est précieux. Mais ce n’est pas nécessairement le produit qu’attend la majorité des candidats acheteurs qui espèrent avoir leur petite maison en briques à Louvain-la-Neuve.

Ce sera un quartier original, mais sera-t-il à la pointe? Nous mettons en tout cas ensemble des idées novatrices pour le penser et lui donner une dimension propice au BW et à LLN.»

«Impossible de refaire LLN»

Mais ce nouveau quartier est loin d’être construit. Les plus optimistes parlent de 2024. Car, si l’UCLouvain aimerait s’accroître rapidement – la dalle mesure aujourd’hui 13,5 ha et pourrait encore se développer sur 4 à 5 ha –, les permis et les diverses exigences administratives la freinent de manière importante dans son élan. «Aujourd’hui, si on voulait refaire Louvain-la-Neuve comme on l’a fait en 1970, ce serait sans doute impossible, affirme Michel Lepaige. Les processus décisionnels et administratifs sont beaucoup plus compliqués. À l’époque, les décisions se prenaient de manières très rapides. C’était presque un dialogue entre Yves du Monceau et les responsables du développement urbain de l’université.»

Curiosité sortie de terre, la ville continue à attirer des urbanistes. La ville nouvelle est une réussite, au contraire d’autres villes nouvelles, même si l’architecture n’est pas son fort, comme le souligne l’expert. «La ville est largement référencée dans la littérature, mais pas pour son architecture, plutôt pour son urbanisme. Le logement, son tissu urbain le plus important, est assez neutre. Qu’on l’aime ou non, ceux qui ont choisi d’y vivre, l’adorent en général. C’est mon cas. Je suis né à Ottignies et je vis et je travaille à Louvain-la-Neuve. Vous avez compris à quel point je l’aime.»

La ville en 15 chiffres clés

La ville en 12 endroits cultes

Plus jeune ville du pays, Louvain-la-Neuve compte de nombreux endroits qui ont marqué ses 50 années d’existence. Nous en avons retenu douze.

Les Néolouvanistes témoignent